Archives du mot-clé accueil

Conférence sur les communautés thérapeutiques anglosaxonnes

Les communautés thérapeutiques anglo-saxonnes d’orientation lacanienne – « The quintescence of a therapeutic environment »

Mercredi 21 janvier, 19h – 21h, Université Paris Diderot, Halle aux Farines, salle 165-E
(M° Bibliothèque Mitterrand, esplanade de Paris 7, hall E, escalier E1, 1er étage)

Rex Haigh, Psychiatre NHS, Chair of Association of Therapeutic Communities, Chairman du Community Housing and Therapy, Londres, UK
John Gale, ancien moine bénédictin, philosophe et historien, président de l’International Network of Democratic Therapeutic Communities, CEO du Community Housing and Therapy, Londres, UK
Janine Lees, chercheuse au Francis Dixon Lodge Therapeutic Community, Leicester, UK

Les communautés thérapeutiques, qui accueillent des personnes souffrant de troubles psychotiques, se sont développées autour des années 1940, à la suite de travaux montrant les effets iatrogènes des institutions psychiatriques et d’expériences novatrices, comme celles de Chesnut Lodge aux Etats-Unis ou de la Tavistok Clinic à Londres. Ce sont de petites structures d’accueil travaillant le milieu selon différentes approches psychodynamiques et sociothérapiques (partage de la fonction soignante, démocratisation, circulation de la parole, permissivité,…).
Depuis sa création, le Community Housing and Therapy de Londres, a développé un style thérapeutique spécifique, dans lequel il fonde son abord des psychoses sur la psychanalyse lacanienne et la philosophie de Heidegger, avec les concepts d’habitation et d’être-avec. Il accueille environ 150 résidents par an et l’équipe est constituée de 45 thérapeutes.
Après la présentation de leur travail par les intervenants nous pourrons discuter des points de convergences et de divergences entre cette approche et celle de la psychothérapie institutionnelle qui s’est développée en France au même moment, ainsi que du rapport que ces mouvements entretiennent avec la perspective du rétablissement (recovery movement) particulièrement dynamique en Grande Bretagne.

Conférence organisée par Hélène Réglé et Bernard Pachoud
dans le cade du Programme « La personne en médecine »
Centre Georges Canguilhem (Institut des Humanités et Sciences)

PERMANENCE – Escale Parole et Travail

La prochaine permanence aura lieu le jeudi 15 janvier de 19h à 21h, au 1-3 rue Frédérick Lemaître, 75020 Paris

Maison des associations du 20e
Métro le plus proche : Jourdain.

Ces permanences sont des lieux de rencontres informelles, d’écoute et de dialogue. Elles sont ouvertes à toute personne qui désire aborder son rapport au travail et partager ses expériences avec d’autres.

Ce n’est pas un lieu de consultation, ni de débat, d’information, de formation ou d’orientation, même s’il est permis de parler de tout… y compris de ne pas parler. Il ne s’agit pas non plus de psychothérapies, mais plutôt de moments de partages, de tissages de liens, qui aident à se sentir moins seul et, accessoirement, mieux dans son travail.

Chacun peut y venir sans rendez-vous et en partir quand il le désire.​ L’accueil est anonyme et aucune formalité administrative ne vous sera demandée. Vous serez accueillis à plusieurs, notamment par des membres-accueillants, travaillant généralement par deux ou trois en alternance.

Lorsque vous arrivez dans ce lieu, comme la plupart des autres personnes, vous ne savez pas qui vous allez rencontrer. Tout le monde est bienvenu, employé, manager, chômeur, cadre, ouvrier se côtoient et se rencontrent sans lien hiérarchique. L’Escale est un espace de libre-circulation des personnes, de la parole. Un espace possible de rencontre de soi-même et des autres qu’on rencontre plus difficilement dans son travail car ce n’est pas le même domaine (contexte, secteur d’activité, niveau d’échanges…) ou bien parce que les relations hiérarchiques y font obstacles.

Le paiement est laissé libre (chaque personne estime le prix de son accueil et dépose sa contribution dans une boîte en partant). Les sommes ainsi collectées participent au fonctionnement et à la pérennité du lieu.

Le respect de la confidentialité des contenus des échanges est une règle fondamentale qui s’applique à tous.

Rencontre avec J-P. Arveiller et P. Coupechoux

Autour d’un dialogue entre le mouvement de la psychothérapie institutionnelle et celui du rétablissement.

Arguments : En dépit de leurs incontestables différences concernant leurs assises théoriques, leurs conditions d’émergence et le contexte historique de leur développement, il existe entre le mouvement français de la psychothérapie institutionnelle et le mouvement anglo-saxon du rétablissement, des convergences frappantes dans leurs objectifs – soutenir le processus de subjectivation des personnes présentant des troubles mentaux sévères – et dans leurs pratiques pour promouvoir cet objectif, pratiques militantes dans les deux cas et conçues comme alternatives aux pratiques psychiatriques traditionnelles.
Cette rencontre se propose de contribuer au dialogue entre ces deux mouvements, pour discuter les points de convergences, mais aussi les différences qui peuvent constituer pour nous, ou bien des opportunités d’enrichissement réciproque de nos pratiques, ou bien des repères susceptibles de nous aider à mieux orienter et définir nos pratiques d’accompagnement et de soutien auprès des personnes vivant avec troubles psychiques.

Programme de la matinée :

9h30-11h : « Psychothérapie institutionnelle et rétablissement : de quelques préalables à un œcuménisme des pratiques », Jean-Paul Arveiller, Psychologue clinicien (auteur de « Travail thérapeutique et insertion dans l’emploi. Quels liens ? », Pratiques en santé mentale, 2014, n°3).

11h00-11h30 : Pause

11h30-13h : « L’humanité de la folie », Patrick Coupechoux, journaliste, collaborateur au Monde diplomatique (auteur de « Un homme comme vous – Essai sur l’humanité de la folie », Seuil, 2014).

Entrée libre, inscription souhaitée via le formulaire de contact.

Colloque organisé par Bernard Pachoud, Hélène Réglé, Anne Chevassus

Groupe de réflexion « Psychothérapie institutionnelle »

Le groupe de réflexion autour de la psychothérapie institutionnelle a repris ses activités en novembre. Au programme de cette rencontre du 8 décembre : la deuxième partie de l’ouvrage de Racamier « Le psychanalyste sans divan » (« présentation bibliographique »).

Lieu : Université Paris Diderot – Bât. Olympe de Gouges, 8 rue Albert Einstein, 75013 Paris – Salle 130

PERMANENCE – Escale Parole et Travail

La prochaine permanence aura lieu le vendredi 5 décembre de 18h à 20h, au 62 rue Saint Lazare, 75009 Paris

Escalier C à gauche dans la cour  –  Interphone : « Anode » puis 2ème étage
(code après 19h00 : B 1945)
Métro le plus proche : Trinité.

Ces permanences sont des lieux de rencontres informelles, d’écoute et de dialogue. Elles sont ouvertes à toute personne qui désire aborder son rapport au travail et partager ses expériences avec d’autres.

Ce n’est pas un lieu de consultation, ni de débat, d’information, de formation ou d’orientation, même s’il est permis de parler de tout… y compris de ne pas parler. Il ne s’agit pas non plus de psychothérapies, mais plutôt de moments de partages, de tissages de liens, qui aident à se sentir moins seul et, accessoirement, mieux dans son travail.

Chacun peut y venir sans rendez-vous et en partir quand il le désire.​ L’accueil est anonyme et aucune formalité administrative ne vous sera demandée. Vous serez accueillis à plusieurs, notamment par des membres-accueillants, travaillant généralement par deux ou trois en alternance.

Lorsque vous arrivez dans ce lieu, comme la plupart des autres personnes, vous ne savez pas qui vous allez rencontrer. Tout le monde est bienvenu, employé, manager, chômeur, cadre, ouvrier se côtoient et se rencontrent sans lien hiérarchique. L’Escale est un espace de libre-circulation des personnes, de la parole. Un espace possible de rencontre de soi-même et des autres qu’on rencontre plus difficilement dans son travail car ce n’est pas le même domaine (contexte, secteur d’activité, niveau d’échanges…) ou bien parce que les relations hiérarchiques y font obstacles.

Le paiement est laissé libre (chaque personne estime le prix de son accueil et dépose sa contribution dans une boîte en partant). Les sommes ainsi collectées participent au fonctionnement et à la pérennité du lieu.

Le respect de la confidentialité des contenus des échanges est une règle fondamentale qui s’applique à tous.

Film « Pôle Emploi, Ne quittez pas ! »

Projection du film de Nora Philippe, en salle le 19 Novembre, suivi d’un débat philosophique ayant pour thème « Le travail sous contrôle », animé par Eric Hamraoui.

Synopsis : Dans un Pôle Emploi du 93, c’est l’histoire d’une équipe de quarante agents qui font face à quatre mille demandeurs d’emploi. Samia, Corinne, Thierry, Zuleika doivent soutenir et surveiller, faire du chiffre, obéir aux directives politiques et aux injonctions de communication, trouver du travail là où il n’y en a pas. C’est la vie d’une équipe qui a intégré l’impossible à son quotidien.

http://vimeo.com/107142147

Groupe de réflexion « Psychothérapie institutionnelle »

Le groupe de réflexion autour de la psychothérapie institutionnelle reprend ses activités ce lundi. Au programme : le chapitre 1 de l’ouvrage de Racamier « Le psychanalyste sans divan » (article de Diatkine).

Lieu : Université Paris Diderot – Bât. Olympe de Gouges, 8 rue Albert Einstein, 75013 Paris – Salle 130

PERMANENCE – Escale Parole et Travail

La prochaine permanence aura lieu le jeudi 6 novembre de 18h à 20h, au 62 rue Saint Lazare, 75009 Paris

Escalier C à gauche dans la cour  –  Interphone : « Anode » puis 2ème étage
(code après 19h00 : B 1945)
Métro le plus proche : Trinité.

Ces permanences sont des lieux de rencontres informelles, d’écoute et de dialogue. Elles sont ouvertes à toute personne qui désire aborder son rapport au travail et partager ses expériences avec d’autres.

Ce n’est pas un lieu de consultation, ni de débat, d’information, de formation ou d’orientation, même s’il est permis de parler de tout… y compris de ne pas parler. Il ne s’agit pas non plus de psychothérapies, mais plutôt de moments de partages, de tissages de liens, qui aident à se sentir moins seul et, accessoirement, mieux dans son travail.

Chacun peut y venir sans rendez-vous et en partir quand il le désire.​ L’accueil est anonyme et aucune formalité administrative ne vous sera demandée. Vous serez accueillis à plusieurs, notamment par des membres-accueillants, travaillant généralement par deux ou trois en alternance.

Lorsque vous arrivez dans ce lieu, comme la plupart des autres personnes, vous ne savez pas qui vous allez rencontrer. Tout le monde est bienvenu, employé, manager, chômeur, cadre, ouvrier se côtoient et se rencontrent sans lien hiérarchique. L’Escale est un espace de libre-circulation des personnes, de la parole. Un espace possible de rencontre de soi-même et des autres qu’on rencontre plus difficilement dans son travail car ce n’est pas le même domaine (contexte, secteur d’activité, niveau d’échanges…) ou bien parce que les relations hiérarchiques y font obstacles.

Le paiement est laissé libre (chaque personne estime le prix de son accueil et dépose sa contribution dans une boîte en partant). Les sommes ainsi collectées participent au fonctionnement et à la pérennité du lieu.

Le respect de la confidentialité des contenus des échanges est une règle fondamentale qui s’applique à tous.

Travail et psychanalyse, quelles articulations cliniques et théoriques, quelle place pour l’analyste ?

Séminaire Espace AnalytiqueDominique DERAEDT. Madame Christine Lagarde alors ministre de l’économie et des finances durant le quinquennat précédent, envoya une lettre aux entreprises afin que celles-ci prennent à bras le corps la question du stress au travail, de la qualité de vie au travail pour tenter d’éviter que ne se reproduisent les drames des suicides sur le lieu de travail comme cela s’est produit à France Telecom Orange Lire la suite

Réflexions sur la psychothérapie institutionnelle

Ce groupe de réflexion autour de la psychothérapie institutionnelle est né d’une impulsion de stagiaires de La Borde, professionnels ou étudiants, auxquels se sont joints des personnes intéressées par ce travail de l’accueil. Des réunions mensuelles sont prévues tout au long de l’année sous des modalités variables : lecture collective préparée, Lire la suite