Archives de l’auteur : admin

Dialogue entre le mouvement de la psychothérapie institutionnelle et celui du rétablissement – Vidéos du colloque du 13/12/2014

Jean-Paul Arveiller – Psychologue, rédacteur en chef de « Pratiques en santé mentale», Paris
Patrick Coupechoux – Journaliste, spécialiste de la psychiatrie et de son histoire
Bernard Durand – FASM Croix-Marine

En dépit de leurs incontestables différences concernant leurs assises théoriques, leurs conditions d’émergence et le contexte historique de leur développement, il existe entre le mouvement français de la psychothérapie institutionnelle et le mouvement anglo-saxon du rétablissement, des convergences frappantes dans leurs objectifs – soutenir le processus de subjectivation des personnes présentant des troubles mentaux sévères – et dans leurs pratiques pour promouvoir cet objectif, pratiques militantes dans les deux cas et conçues comme alternatives aux pratiques psychiatriques traditionnelles.
Cette rencontre se propose de contribuer au dialogue entre ces deux mouvements, pour discuter les points de convergences, mais aussi les différences qui peuvent constituer pour nous, ou bien des opportunités d’enrichissement réciproque de nos pratiques, ou bien des repères susceptibles de nous aider à mieux orienter et définir nos pratiques d’accompagnement et de soutien auprès des personnes vivant avec troubles psychiques.

Colloque organisé par Bernard Pachoud, Hélène Réglé et Anne Chevassus, dans le cadre du Programme « La personne en médecine » – Université Paris Diderot – UFR d’études psychanalytiques – Centre Georges Canguilhem (Institut des Humanités et Sciences)

« Psychothérapie institutionnelle et rétablissement: de quelques préalables à un œcuménisme des pratiques »

Jean-Paul Arveiller (Psychologue, rédacteur en chef de « Pratiques en santé mentale», Paris).

« Discussion suivant la présentation de J-P. Arveiller »

Bernard Durand (FASM Croix-Marine), B.Pachoud, H.Réglé, A.Chevassus.

« Un homme comme vous. Essai sur l’humanité de la folie »

Patrick Coupechoux (Journaliste, spécialiste de la psychiatrie et de son histoire).

« Discussion suivant la présentation de P. Coupechoux »

Bernard Durand (FASM Croix-Marine), B.Pachoud.

Communautés thérapeutiques anglosaxonnes d’orientation lacanienne – Vidéos des conférences du 21/01/2015

Rex Haigh et Jan Lees (Association of Therapeutic Communities, UK)
John Gale et Nelly Gomez (CHT, Londres, UK – International Network of Democratic Therapeutic Communities)

Les communautés thérapeutiques, qui accueillent des personnes souffrant de troubles psychotiques, se sont développées autour des années 1940, à la suite de travaux montrant les effets iatrogènes des institutions psychiatriques et d’expériences novatrices, comme celles de Chesnut Lodge aux Etats-Unis ou de la Tavistock Clinic à Londres. Ce sont de petites structures d’accueil travaillant le milieu selon différentes approches psychodynamiques et sociothérapiques (partage de la fonction soignante, démocratisation, circulation de la parole, permissivité,…).
Depuis sa création, le Community Housing and Therapy de Londres, a développé un style thérapeutique spécifique, dans lequel il fonde son abord des psychoses sur la psychanalyse lacanienne et la philosophie de Heidegger, avec les concepts d’habitation et d’être-avec. Il accueille environ 150 résidents par an et l’équipe est constituée de 45 thérapeutes.
Après la présentation de leur travail par les intervenants nous pourrons discuter des points de convergences et de divergences entre cette approche et celle de la psychothérapie institutionnelle qui s’est développée en France au même moment, ainsi que du rapport que ces mouvements entretiennent avec la perspective du rétablissement (recovery movement) particulièrement dynamique en Grande Bretagne.

Conférences organisées par Hélène Réglé et Bernard Pachoud dans le cade du Programme « La personne en médecine » – Université Paris Diderot – UFR d’Etudes Psychanalytiques – CRPMS – Centre Georges Canguilhem (Institut des Humanités et Sciences)

« Therapeutic communities 1942-2015″

Rex Haigh et Jan Lees (Association of Therapeutic Communities, UK).

« The Community Housing and Therapy (CHT) »

John Gale et Nelly Gomez (CHT, Londres, UK – International Network of Democratic Therapeutic Communities).

Pourquoi travaillons-nous ? | Danièle Linhart

Approche sociologique de la subjectivité au travailLa subjectivité au travail est un enjeu central dans la compréhension du monde actuel puisque les directions d’entreprise s’y réfèrent en permanence et que le phénomène des suicides au travail en devient une facette inquiétante. Les auteurs de cet ouvrage proposent, à partir de dix enquêtes de terrain approfondies et diversifiées, une analyse de l’engagement subjectif dont le management entend faire, aujourd’hui, un outil de performance. Lire la suite

Réflexions sur la psychothérapie institutionnelle

Ce groupe de réflexion autour de la psychothérapie institutionnelle est né d’une impulsion de stagiaires de La Borde, professionnels ou étudiants, auxquels se sont joints des personnes intéressées par ce travail de l’accueil. Des réunions mensuelles sont prévues tout au long de l’année sous des modalités variables : lecture collective préparée, Lire la suite

Travail et psychanalyse, quelles articulations cliniques et théoriques, quelle place pour l’analyste ?

Séminaire Espace AnalytiqueDominique DERAEDT. Madame Christine Lagarde alors ministre de l’économie et des finances durant le quinquennat précédent, envoya une lettre aux entreprises afin que celles-ci prennent à bras le corps la question du stress au travail, de la qualité de vie au travail pour tenter d’éviter que ne se reproduisent les drames des suicides sur le lieu de travail comme cela s’est produit à France Telecom Orange Lire la suite

à propos des groupes de travail

SE LAISSER TRAVAILLER PAR LA PSYCHANALYSE

Le mardi 27 juin 1882 dans la matinée, au laboratoire. Freud écrit : « Ma douce fiancée, J’arrache ces quelques feuillets à mon cahier de travail pour t’écrire pendant que mon expérience se poursuit. J’ai volé une plume sur le bureau du professeur (un renvoi précise qu’il s’agit d’Ernst Wilhem von Brücke (1819-1892), professeur de physiologie à l’Université de Vienne et directeur de l’Institut de Physiologie). Lire la suite

Le Psychanalyste sans divan | Paul-Claude Racamier

Racamier-psychanalyste-sans-divanUn divan devant un fauteuil : c’est ainsi qu’est matériellement circonscrite la situation où le psychanalyste intervient en tant que tel. Mais hors de son fauteuil et sans son divan, que peut-il faire ? Que se passe-t-il lorsque le psychanalyste travaille dans des organismes de soins destinés à des patients psychotiques, qui souffrent psychiquement mais n’ont pas les possibilités psychologiques de bénéficier des ressources propres à la situation psychanalytique ? Lire la suite

La santé mentale, Vers un bonheur sous contrôle | Matthieu Bellahsen

bellahsen-sante-mentaleComment la santé mentale, idée progressiste de la psychiatrie d’après-guerre, s’est-elle transformée en outil de normalisation et de contrôle ? Dans les années 1980, une neuropsychiatrie « scientifique » a ouvert la voie au discours gestionnaire : il s’agissait désormais de classer, de gérer, d’évaluer. Pour cela, la notion de santé mentale est devenue un opérateur essentiel, car, selon un rapport officiel, « la mauvaise santé mentale coûte à l’Union européenne de 3 à 4 % Lire la suite

A quelle heure passe le train… | Jean Oury, Marie Depussé

oury-depusse-a-quelle-heure-passe-le-trainUn très singulier dialogue, où la théorie se prolonge en des scènes poétiques, souvent drôles. Marie Depussé écrit, parfois dans ses mots à lui, ou dans sa langue à elle, sa pensée à lui. Il y a dans ce duo beckettien une tendresse distante, son insolence à elle, son rire à lui.
« Ils sont assis sur les marches en pierre un peu sales du château, par toutes les saisons. Ils attendent. Lire la suite

Tripalium – Pourquoi le travail est devenu une souffrance | Gérard Haddad

publication-tripalium-haddadPourquoi notre rapport au travail est-il marqué par la souffrance, comme en témoigne l’étymologie du mot « tripalium », terme latin désignant un instrument de torture ? Et pourquoi certains peuples refusent-ils le progrès technique, s’enfermant dans le sous-développement ? Telles sont les questions que se pose Gérard Haddad, agronome en Casamance, au Sénégal, dans les années 1960. Lire la suite